HMO - le troisième composant le plus abondant du lait maternel humain

Des recherches recentes montrent de plus en plus d’avantages des HMOs sur la santé, et les HMO de Chr. Hansen sont étayés par des études scientifiques.

L'allaitement offre aux nourrissons la meilleure nutrition et le meilleur départ dans la vie1, aide à développer un microbiome intestinal sain, un système immunitaire fort et contribue à leur développement cérébral . Mais pour certaines mères et certains nourrissons, l’allaitement n’est pas envisageable. 

Les oligosaccharides du lait maternel (HMOs) sont des glucides, c’est-à-dire des sucres complexes du lait, que l’on trouve uniquement dans le lait maternel humain. En fait, les HMOs représentent le troisième composant solide le plus abondant du lait maternel, les deux premiers étant les lipides et le lactose.

Les données scientifiques indiquent que chaque HMO peut apporter un bénéfice unique pour la santé, chacun ayant sa propre structure et sa propre fonction et ainsi sa propre finalité. Il existe jusqu’à présent plus de 150 HMOs connus dans le lait maternel. Chez Chr. Hansen, nous produisons aujourd’hui les cinq HMOs les plus dominants et développons de nouveaux HMOs pour la commercialisation. Ils sont tous étayés par des études scientifiques.

 
 

Des recherches scientifiques récentes montrent les avantages des HMOs pour la santé . Par exemple  :

  • Ils façonnent le microbiome intestinal d’un nourrisson en bonne santé en augmentant l’abondance de bonnes bactéries intestinales2
  • Ils peuvent favoriser le développement cérébral3
  • Ils participent au maintien d’un système immunitaire équilibré4
  • Ils réduisent le risque de déséquilibre bactérien en favorisant un microbiome intestinal sain5
  • Ils participent à la maturation et au maintien de l’intégrité de l’intestin6.

Une supplémentation en HMOs identique à celle du niveau dans le lait maternel pourrait donc jouer un rôle dans la croissance et le développement des nourrissons, y compris le développement cognitif.

 

Microbiome
Les HMOs agissent comme des « aliments pour les bonnes bactéries »  en favorisant le développement du microbiome intestinal.2

Système immunitaire
Les HMOs du système immunitaire se lient aux cellules épithéliales et aux récepteurs glycanes dans l’intestin, participant ainsi à l’équilibre des cellules immunitaires. Étant des prébiotiques, les HMOs favorisent la croissance de bactéries bénéfiques.3

Développement cérébral
Les HMOs sialylés sont une source d’acide sialique  un élément constitutif du tissu cérébral. Les sialyllactoses et 2'-FL peuvent favoriser la connectivité synaptique, la fonction amnésique (mémoire) et le neurodéveloppement.4

Déséquilibre bactérien
Les HMOs imitent les récepteurs auxquels les bactéries pathogènes se fixent, agissant comme des leurres. Les bactéries bénéfiques produisent des acides utiles, qui abaissent le pH et limitent la croissance de bactéries nocives.5

Barrière intestinale
Les HMOs peuvent favoriser les fonctions de barrière épithéliale en interagissant avec la muqueuse intestinale. Les métabolites des HMOs fermentés alimentent les cellules épithéliales et peuvent favoriser l’intégrité.6

 

Références

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande un allaitement exclusif pendant les six premiers mois, puis la poursuite de l’allaitement parallèlement à une alimentation complémentaire.2   Code international de commercialisation des substituts du lait maternel. https://www.who.int/nutrition/publications/infantfeeding/9241541601/fr/ Consulté le 26 novembre 2020.
2 Gotho et al., 2018, Kostopoulus et al., 2020.
3 Berger et al., 2020.
4 Göhring et al., 2016, Ayechu-Muruzabal et al., 2018.
5 Asadpoor et al., 2020.
6 Oliveros et al., 2021.
 

Partager