Il est possible que le site Web de UAS Labs vous ait redirigé vers ce site Web à la suite de l'acquisition de UAS Labs par Chr. Hansen

Qu’est-ce que le microbiome humain ?

En savoir plus sur les milliards de micro-organismes présents dans le corps

Où que vous alliez dans la vie, des milliards de milliards de micro-organismes vous accompagnent. Le microbiome humain est une communauté de micro-organismes que l’on retrouve sur toute la surface du corps, en particulier dans la bouche, les intestins et le vagin, ainsi que dans la peau et les yeux.1

Le microbiome humain comprend les champignons, les levures, les archéabactéries et les virus,2 mais il est principalement composé de bactéries. Un être humain héberge en moyenne 38 milliards de milliards de cellules bactériennes,3 et 97 % de ces bactéries vivent le gros intestin.3


Chaque microbiome humain est aussi unique qu’une empreinte digitale

Chaque personne héberge des différentes collections différentes de micro-organismes, presque comme une empreinte digitale.Un adulte héberge plus de cellules bactériennes que de cellules humaines. Au total, les bactéries que vous transportez contiennent beaucoup plus de gènes que vous.5

 


Probiotiques et microbiome intestinal

Le microbiome intestinal est particulièrement complexe, avec plus de 5 000 espèces bactériennes présentes.6 Les probiotiques complètent les bactéries importantes que sont les lactobacilles7 et les bifidobactéries,8, 9 qui font partie intégrante du microbiome humain et sont associées à la santé.10-13


Comment le microbiome intestinal est essentiel à la santé

Le microbiome intestinal est important pour la santé générale car il soutient l’intestin14, 15 et la santé immunitaire4, 16, le métabolisme19, 20 et peut également influencer l’axe intestin-cerveau.21-23

Le microbiome intestinal vous aide à développer et à maintenir un système immunitaire équilibré24, 25 et contribue à l’intégrité de la barrière intestinale.15, 26

 


Le microbiome humain évolue sans cesse

Le microbiome humain s’établit à la naissance,27 et il est d’abord dominé par les bifidobactéries.28 Avec l'introduction progressive d’aliments solides, le microbiome commence à évoluer vers un type plus adulte. 

Le microbiome adulte se caractérise par une grande diversité de micro-organismes,29 mais sa diversité diminue avec la vieillesse et les lactobacilles et les bifidobactéries se raréfient.30, 31


Comment le mode de vie peut influencer le microbiome humain

Tout au long de la vie, le microbiome est dynamique et influencé par des facteurs liés au mode de vie. Chez les individus en bonne santé, le microbiome est considéré comme équilibré et en bonne santé corporelle.2 Si des problèmes surviennent, le microbiome peut subir un déséquilibre et la prise de compléments probiotiques peut être une aide. 


Le microbiome intestinal aux différents stades de la vie


Le microbiome intestinal chez le nourrisson
Le modelage de notre microbiome commence à la naissance, où le nouveau-né hérite des bactéries de la mère, en particulier pendant un accouchement naturel.27, 32 Au cours des premiers mois de la vie, les bifidobactéries ont tendance à dominer le microbiote, mais de nombreuses fluctuations sont visibles.28 Le microbiome à son stade précoce possède des fonctions importantes pour le développement immunitaire,33, 34 métabolique35 et neurologique36 du nourrisson qui ont une incidence sur la santé et le bien-être de l’enfant, mais aussi des effets à long terme sur sa santé.37


Le microbiome intestinal chez l’adulte
Chez l’adulte, le microbiome est bien établi et se caractérise par une grande richesse et la diversité des bactéries présentes.29 Chaque individu a son propre profil de microbiote.4 Le microbiome adulte est important pour préserver la santé car il soutient le système immunitaire2, 16 et contribue à maintenir un système immunitaire sain.24, 25 Le microbiome adulte est relativement stable, mais il est sensible aux facteurs liés au mode de vie. 


Le microbiome intestinal pendant la grossesse
Pendant la grossesse, le taux de progestérone augmente et cette hormone réduit la richesse bactérienne intestinale. Elle stimule également les bifidobactéries et d’autres types de bactéries38, 39  Des interactions immunologiques étroites entre la mère et son enfant signifient que ces bactéries bénéfiques influencent le développement immunitaire du fœtus.40 Les bactéries dans la mère contribuent également à créer le microbiome du nourrisson pendant l'accouchement par voie vaginale et l’allaitement.32, 41


Le microbiome intestinal chez les personnes âgées
Le microbiote intestinal des sujets âgés montre une réduction de la diversité bactérienne,42 des changements au niveau de l’espèce dominante43 et une diminution des micro-organismes bénéfiques tels que les lactobacilles et les bifidobactéries.44 Ces changements sont le résultat d’un processus progressif associé aux changements physiologiques dans l’intestin,30 ainsi qu’à des schémas alimentaires.45 


Références  
1 Cho I, Blaser MJ. The human microbiome: Nat Rev Genet. 2012;13(4):260-270.
2 Ruan W, Engevik MA, Spinler JK, Versalovic J. Dig Dis Sci. 2020;65(3):695-705. 
3 Sender R, Fuchs S, Milo R. PLoS Biol. 2016;14(8):e1002533. 
4  Arumugam M, Raes J, Pelletier E, et al. Nature. 2011;473(7346):174-180. 
5 Manichanh C, Bork P, Hansen T, et al. Nat Biotechnol. 2014;32(8):834-841.
6 Rice BL, Armanini F, Morgan XC, et al. Cell. 2019;176(3):649-662.e20. 
7  Heeney DD, Gareau MG, Marco ML. Curr Opin Biotechnol. 2018;49(530):140-147. 
8 Lin A, Bik EM, Costello EK, et al. PLoS One. 2013;8(1). 
9  Turroni F, Peano C, Pass DA, et al. PLoS One. 2012;7(5):20-24. 
10 Salvetti E, O'Toole PW. Bugs as Drugs. 2018;5(3):49-71.
11 Petrova MI, Lievens E, Malik S, Imholz N. Front Physiol. 2015;6(mars):1-18. 
12 Leser TD, Gottlieb CT, Johansen E. Probiotics and Prebiotics ; Current Research and Future Trends. Caister Academic Press ; 2015:43-67.
13 Salvucci E. Int J Food Sci Nutr. 2019;70(7):781-795. 
14 Dimidi E, Christodoulides S, Scott SM, Whelan K. Adv Nutr. 2017;8(3):484-494. 
15 Kho ZY, Lal SK. Front Microbiol. 2018;9(AUG):1-23.
16 Araos R, D’Agata EMC.Infect Control Hosp Epidemiol. 2019;40(5):585-589. 
17 Kozik AJ, Huang YJ. Ann Allergy, Asthma Immunol. 2019;122(3):270-275. 
18 Nance CL, Deniskin R, Diaz VC, Paul M, Anvari S, Anagnostou A. Children. 2020;7(6):50. 
19 Ortega MA, Fraile-Martínez O, Naya I, et al. Nutrients. 2020;12(9):1-29. 
20 Tseng CH, Wu CY. J Formos Med Assoc. 2019;118:S3-S9. 
21 Osadchiy V, Martin CR, Mayer EA. Clin Gastroenterol Hepatol. 2019;17:322-332. 
22 Bastiaanssen TFS, Cowan CSM, Claesson MJ, Dinan TG, Cryan JF. Int J Neuropsychopharmacol. 2018;22(1):37-52. 
23 Warner BB. Pediatr Res. 2019;85(2):216-224. 
24 Jeyakumar T, Beauchemin N, Gros P. Trends Parasitol. 2019;35(10):809-821. 
25 Lambring CB, Siraj S, Patel K, Sankpal UT, Mathew S, Basha R. Crit Rev Immunol. 2019;39(5):313-328. 
26 Paone P, Cani PD. Gut. Publication en ligne 2020:1-12. 
27 Dogra S, Sakwinska O, Soh SE, et al. Gut Microbes. 2015;6(5):321-325. 
28 Korpela K, de Vos WM. Curr Opin Microbiol. 2018;44:70-78. 
29 McBurney MI, Davis C, Fraser CM, et al. J Nutr. 2019;149(11):1882-1895. 
30 DeJong EN, Surette MG, Bowdish DME. Cell Host Microbe. 2020;28(2):180-189. 
31 Bana B, Cabreiro F. Annu Rev Genet. 2019;53:239-261. 
32 Korpela K, Costea P, Pedro Coelho L, et al. Genome Res. 2018;28(4):561-568. 
33 Walker WA, Iyengar RS. Pediatr Res. 2015;77(1):220-228. 
34 Sjögren YM, Tomicic S, Lundberg A, et al. Clin Exp Allergy. 2009;39(12):1842-1851. 
35 Mulligan CM, Friedman JE. J Endocrinol. 2017;235(1):R1-R12. 
36 Diaz Heijtz R. Semin Fetal Neonatal Med. 2016;21(6):410-417. 
37 Rautava S. Nestle Nutr Inst Workshop Ser. 2017;88:11-21. 
38 Koren O, Goodrich JK, Cullender TC, et al. Cell. 2013;150(3):470-480. 
39 Nuriel-Ohayon M, Neuman H, Ziv O, et al. Cell Rep. 2019;27(3):730-736.e3. 
40 De Agüero MG, Ganal-Vonarburg SC, Fuhrer T, et al. Science (80- ). 2016;351(6279):1296-1302. 
41 Bäckhed F, Roswall J, Peng Y, et al. Cell Host Microbe. 2015;17:690-703. 
42 Maffei VJ, Kim S, Blanchard E, et al. Journals Gerontol – Ser A Biol Sci Med Sci. 2017;72(11):1474-1482.
43 Vemuri R, Gundamaraju R, Shastri MD, et al. Biomed Res Int. 2018;2018.
44 Kato K, Odamaki T, Mitsuyama E, Sugahara H, Xiao J zhong, Osawa R. Curr Microbiol. 2017;74(8):987-995.
45 Claesson MJ, Jeffery IB, Conde S, et al. Nature. 2012;488:178-185.



 

Le présent communiqué s’adresse uniquement aux entreprises et aux professionnels de la santé. Ce communiqué n’est pas destiné aux consommateurs de produits de consommation finale. Aucune mention dans cette page ne doit être interprétée comme une allégation approuvée.  

Partager