Une centrale microbienne

Chr. Hansen possède une vaste expérience du développement et de l’amélioration des souches bactériennes. Notre division Protection des végétaux bénéficie ainsi d'une compréhension inégalée des modes d'actions des bactéries et de leurs interactions avec les végétaux. 

Une poignée de terre contient des millions de microbes. Ces microbes décomposent les aliments, offrent aux végétaux l’accès aux nutriments et les défendent contre les envahisseurs nuisibles.

Ces microbes vivent dans et sur les végétaux, le racines et le sol, et les font profiter d’un meilleur développement racinaire et d'une recapture de l’eau et des nutriments, tout en les protégeant contre les maladies et les rendant résilients au gel et à la sécheresse.

Comment nous procédons
Nous sommes l’une des rares entreprises de biosciences capable de cultiver des bactéries, ce qui nous permet d’identifier et d'améliorer chaque souche et de connaître sa manière de coloniser l’hôte du végétal et de lutter contre les contraintes spécifiques à un végétal donné.

Nous sélectionnons avec soin les souches en fonction de leur capacité à prospérer et à interagir efficacement dans leur environnement, et à combattre directement les maladies microbiennes phytopathogéniques tout en stimulant la physiologie de la culture en vue d’un meilleur état de santé et d'une robustesse accrue.

Une fois les souches sélectionnées, nous les testons au moyen d’essais mécanistes en serres puis d’essais sur le terrain à large échelle. À partir de ces souches, nous développons ensuite des formulations spécifiques qui permettent aux bactéries d'atteindre leur plein potentiel avant de les transformer en produits.

Pourquoi avoir recours aux bactéries ?

Les bactéries ont des caractéristiques uniques qui en font des alliés idéaux des agriculteurs Notre division Protection des végétaux utilise des bactéries de type bacille qui font naturellement partie du microbiome végétal, car ces bactéries aident à protéger les plantes contre les maladies et les parasites tout en protégeant leurs racines contre les attaques des nématodes.


 


1. Les bacilles font naturellement partie du microbiome végétal

  • Grande diversité
  • Colonisateur rapide de la rhizosphère
  • Capacité de modulation de l’architecture racinaire.

2. Les bacilles protègent contre les maladies et les parasites (effet phytopathogène)

  • Vaste génome et production de métabolites complexes
  • Protection contre de nombreux champignons phytopathogènes
  • Activité bionématicide protégeant les racines des attaques des nématodes.

Utilisation des bactéries pour combattre les nématodes
Notre expertise des microbes nous aide à relever un des plus grands défis de l’agriculture  : la lutte contre les nématodes.

 

Comment fonctionnent les microbes

Les microbes jouent un rôle important dans le contrôle biologique des maladies des plantes et de la croissance des végétaux.

 


Antagonisme des parasites  et des pathogènes

La bactérie colonise le système racinaire en cours de croissance et délivre des molécules antibiotiques autour de la racine qui sont nocives pour les pathogènes s’approchant des racines.

 


Stimulation de l’hôte de la plante

La colonisation locale des racines suffit pour produire une résistance systémique induite qui peut aboutir à la protection de toute la plante contre les maladies provoquées par différents organismes.

 


Promotion de la nutrition et de  la croissance de l’hôte 

Les bactéries agissant de la sorte se déplacent le long de la racine pour y rechercher les composants d’exsudat de la racine, épuisant ainsi les nutriments et occupant des niches sur la racine avant que les pathogènes ne puissent le faire.

 
Une centrale microbienne

Libérer le potentiel des bonnes bactéries

Produits ayant fait leurs preuves

Des solutions leaders sur les marchés ayant démontré leur aptitude à faire la différence

L’excellence en matière de production

Présence mondial et long historique de production de haute qualité

Des partenariats sous le signe de la confiance et de l’engagement

Développer l'avenir de l'agriculture par la collaboration

Partager