NUTRIPHY® Cranberry

Avez-vous besoin d'un taux élevé de PAC ?

Défi sur le marché :

Le terme "infection urinaire" recouvre un groupe hétérogène d'infections plus fréquentes chez la femme que chez l'homme, avec 40 à 50 % de femmes souffrant d'infection urinaire au moins une fois dans leur vie. La bactérie Escherichia coli (E. coli) est l'agent pathogène le plus fréquemment responsable des infections urinaires chez les femmes âgées de 15 à 65 ans (80 % des cas).1

La solution de Chr. Hansen

Caractéristiques de notre gamme NUTRIPHY® Cranberry :

  • Extraits provenant uniquement des baies Vaccinium macrocarpon d'origine américaine
  • Contient tous les composés phénoliques natifs dans les canneberges
  • Bioactivité garantie par la standardisation des proanthocyanidines par la méthode BL-DMAC (1) et par le contrôle au moyen du test HRBC (2)
  • 100 % naturelle sans entraîneur ni additif
  • Disponible sous forme de poudre fine ou granulée standardisée à 15 % de PAC*
  • Ingrédient 100 % naturel sans entraîneur ni additif
  • Site de production européen 
  • Traçabilité complète des extraits de plantes tout au long de la chaîne d'approvisionnement, depuis les matières premières jusqu'au produit final
  • Communication transparente sur les méthodes analytiques utilisées pour standardiser les extraits

Les bienfaits de NUTRIPHY ® Cranberry 

  • Les concentrés de jus de canneberge proviennent exclusivement d'Amérique du Nord avec traçabilité complète.
  • Les ingrédients actifs, bien connus sous le nom de PAC (pour proanthocyanidines) sont standardisés par la méthode standard BL-DMAC à 13 % minimum.
  • Il suffit de 250-300 mg de NUTRIPHY® Cranberry pour couvrir la dose journalière de 36 mg de PAC recommandée pour la prévention des infections urinaires.
  • La bioactivité de NUTRIPHY® Cranberry est testée en mesurant la capacité des fractions à empêcher l'agglutination des globules rouges humains (HRBC) à la suite de l'incubation avec des E. coli P-fimbriés uropathogènes.

1 Revues systématiques Cochrane. Cranberries for preventing urinary tract infections (Review). Jepson et al. 2012

 

Partager