Alors que la saison tant redoutée de la grippe approche, une nouvelle étude révèle une arme secrète pour réduire le coût du syndrome pseudogrippal.

Alors que la saison tant redoutée de la grippe approche, une nouvelle étude révèle une arme secrète pour réduire le coût du syndrome pseudogrippal.
Communiqué de presse | Aug 28. 2019 07:22 GMT

Une nouvelle étude sur l’économie de la santé montre que la prise de probiotiques peut contribuer à la réduction des coûts liés au syndrome pseudogrippal. Selon l’étude, la prise de probiotiques peut contribuer à réduire le nombre de journées de congé maladie de plus de 54 millions par an pour les seuls États-Unis.

Le syndrome pseudogrippal peut saper la productivité de la main d'œuvre, grever les systèmes de soins de santés et frapper les familles comportant de jeunes enfants. Son fardeau annuel sur l’économie des États-Unis est estimé à 11,2 milliards de $1 .

Les données issues de nombreuses études montrent une corrélation positive entre la prise de certains probiotiques et la réduction du nombre de cas de syndrome pseudogrippal, de leur durée et de leur gravité2+3. Cette nouvelle étude s’appuie sur les données existantes pour évaluer l’impact potentiel des probiotiques sur l’économie de la santé dans le cadre des soins de santé primaires aux États-Unis. Les résultats montrent que la prise de probiotiques peut se traduire par des économies potentielles significatives en réduisant le nombre de jours de congé maladie, de consultations de médecins et de prescriptions.

Le syndrome pseudogrippal est un fardeau qui pèse lourdement sur la société
Le syndrome pseudogrippal présente de nombreux symptômes, parmi lesquels une fièvre d'au moins 37,8 °C accompagnée de toux ou de mal de gorge. En moyenne sur ces 5 dernières années, le nombre de cas symptomatiques s'élève à 33 millions chaque année aux États-Unis4.

« Les probiotiques sont déjà bien établis dans l’industrie des soins de santé et de nombreuses études ont souligné la capacité thérapeutique de certaines souches de probiotiques à contribuer au maintien d'un bon système immunitaire et à la défense contre les bactéries nocives. Outre les effets bénéfiques pour la santé au niveau individuel, cette étude démontre que la prise de probiotiques contribue également à abaisser les coûts supportés par la société et à réduire la consommation d'antibiotiques. Nous pensons que l'impact des probiotiques sur les soins de santé ira croissant dans les années à venir; au fur et à mesure que nous continuerons à libérer le potentiel des bonnes bactéries », affirme Andrew Scorey, vice-président de la division Santé humaine chez Chr. Hansen.

La prise de probiotiques peut contribuer à une réduction de 30 % des prescriptions d'antibiotiques5
Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la résistance aux antibiotiques représente l’une des plus grandes menaces actuelles pour la santé, la sécurité alimentaire et le développement à l’échelle mondiale, et l'on s’attend à ce qu’elle dépasse le cancer comme cause principale de mortalité d’ici 2050. On estime que plus d'une prescription sur trois d’antibiotiques pour traiter le syndrome pseudogrippal aux États-Unis est superflue5.

La nouvelle étude révèle qu’il serait possible d'éviter la prise annuelle de 2,2 millions de traitements par antibiotiques aux États-Unis si la population prenait des probiotiques.

« Nous savons déjà que la surconsommation d’antibiotiques peut entraîner une résistance des bactéries à ces traitements qui perdent alors leur efficacité. Cette étude offre d'autres preuves sur la manière dont les probiotiques et les « bonnes bactéries » peuvent répondre à certains des plus grands défis présents à l’échelle mondiale », ajoute Andrew Scorey.

Nouveau modèle de simulation
Les résultats de l'étude sont publiés dans la revue Frontiers in Pharmacology. Leur rédaction et leur évaluation ont été confiées à des experts indépendants issus du monde de l'industrie et de la communauté universitaire. Chr. Hansen a sponsorisé le développement d'un nouveau modèle de simulation utilisé dans l’étude. Le titre de la publication est : Probiotics reduce healthcare cost and societal impact of flu-like respiratory tract infections in the USA: An economic modeling study. (Les probiotiques réduisent les coûts de santé et l'impact sociétal des infections pseudogrippales des voies respiratoires. Une étude de modélisation économique.)

Les données sous-jacentes utilisées dans l'étude proviennent de deux évaluations indépendantes : York Health Economics Consortium (YHEC) et Cochrane2+3. Les essais cliniques présentés dans ces évaluations ont porté sur 22 souches de probiotiques, notamment les souches Lactobacillus rhamnosus et Bifidobacterium animalis de Chr. Hansen.

« Cette étude s’appuie sur des essais cliniques indépendants et traduit les résultats cliniques en termes de coûts et d'impact sur les soins de santé primaires. Les résultats constituent des arguments très favorables aux probiotiques. Chez Chr. Hansen, nous continuerons à nous appuyer sur ces résultats pour examiner de très près comment certaines souches peuvent être utiles pour ce domaine de la santé. Cette étude constitue un nouveau modèle de simulation, lui-même source de nouvelles approches de travail des données pour les futures études », explique Adam Baker, Responsable du Développement de la santé humaine chez Chr. Hansen.

Chr. Hansen possède certaines des souches de probiotiques les mieux documentées au monde. Le grand nombre de publications scientifiques et d’études cliniques sur ces souches indique qu’elles peuvent avoir des effets bénéfiques sur le système immunitaire.

1) Putri WCWS et al. 2018 Economic burden of seasonal influenza in the United States. Vaccine.

2) Hao et al. 2015 Probiotics for preventing acute upper respiratory tract infections. Cochrane database of systematic reviews.

3) King et al. 2014 Effectiveness of probiotics on the duration of illness in healthy children and adults who develop common acute respiratory infectious conditions: A systematic review and meta-analysis. British journal of nutrition.

4) Centers for Disease Control and Prevention: Estimated Influenza Disease Burden, by Season – United States, 2013-14 through 2017-18

5) CDC newsroom. 2016 CDC : 1 prescription d’antibotiques sur 3 est inutile.


Chr. Hansen est une entreprise internationale, leader dans le domaine de la bioscience, qui met au point des solutions naturelles pour les industries des secteurs alimentaire, nutritionnel, pharmaceutique et agricole. Nous développons et produisons des cultures, des enzymes, des probiotiques et des colorants naturels pour toute une série d'aliments, de bonbons, de boissons, de compléments alimentaires, de produits alimentaires pour animaux, ainsi que de produits de protection des plantes. Notre innovation en matière de produits repose sur environ 40 000 souches microbiennes – que nous aimons appeler de « bonnes bactéries ». Nos solutions permettent aux fabricants de produits alimentaires de produire plus avec moins – tout en limitant le recours à des produits chimiques ou à des additifs de synthèse – ce qui rend nos produits très intéressants dans le monde actuel. Le développement durable fait partie intégrante de la vision de Chr. Hansen pour améliorer l'alimentation et la santé. En 2019, Chr. Hansen a été classée l’entreprise la plus durable au monde par Corporate Knights grâce à ses efforts soutenus en matière de développement durable et à ses nombreux partenariats collaboratifs avec ses clients. Nous apportons de la valeur à nos partenaires et, au final, aux consommateurs du monde entier, et ce depuis plus de 145 ans. Nous sommes fiers que plus d'un milliard de personnes dans le monde consomment des produits contenant nos ingrédients naturels tous les jours. La société Chr. Hansen a été fondée en 1874 et est cotée au Nasdaq de Copenhague.

Partager