Comment la R&D numérique permet aux chercheurs de faire avancer la science

L'objet de la recherche et du développement a toujours été la découverte d'innovations et la réponse adéquate aux nouvelles tendances et exigences des clients et consommateurs. Chez Chr. Hansen, nous avons une équipe de R&D numérique dévouée à la digitalisation, afin d'offrir aux chercheurs des moyens d’agir et de permettre une science plus évolutive. Rencontrez la responsable de ce département, Camilla Petersen, et les trois membres de son équipe de R&D numérique. Découvrez comment leur travail dans le domaine de la digitalisation ouvre la voie aux innovations futures.

Camilla Petersen, Morten Meldgaard, Lasse Ludvigsen and Marie-Catherine Le Bihan. 


Établir les fondations de la science du futur

Ces dernières années, l’équipe de R&D numérique œuvre à la mise en place des fondations pour la collecte et le partage de données entre les différents départements de recherche chez Chr. Hansen. Beaucoup d’entreprises se retrouvent à suivre cette voie, car l’innovation s’appuie non seulement sur la capacité à générer des données, mais aussi sur leur collecte et les résultats de leur traitement. L’équipe de R&D numérique se compose de la responsable du département, Camilla Petersen, et de Morten Meldgaard, Lasse Ludvigsen et Marie-Catherine Le Bihan. Morten a participé au projet depuis ses prémices : 

« Je suis heureux que nous soyons devenus une unité organisationnelle bien établie dans la R&D et que les fondations que nous avons mises en place soient actuellement consolidées et étendues. Je ressens comme un privilège d’être un spécialiste de la R&D numérique de formation scientifique et, à ce titre, de pouvoir explorer de nouvelles frontières digitales et de transformer les technologies de pointe en outils pratiques de R&D. » 

Travailler plus intelligemment

L’équipe de R&D numérique collabore étroitement avec les laboratoires de Chr. Hansen pour trouver les meilleures solutions de digitalisation. Les laboratoires génèrent un gros volume de données. Dès lors, les techniciens et les chercheurs au sein des laboratoires ont besoin d'une méthode de collecte des données à la fois simple et automatisée, pour que le temps consacré à leur travail soit employé à bon escient, c’est-à-dire aux tâches scientifiques et non pas au tri des données. Au fil des ans, cet objectif est devenu une réalité chez Chr. Hansen, et l’amélioration est permanente. Lasse explique son rôle au sein de ce processus : 

« J'ai la responsabilité générale d'établir les fondations nécessaires au travail de mes collègues, à savoir une infrastructure informatique solide. Je m'assure que les bits et octets circulent sans problème et rapidement. Avant de commencer à parler d’intelligence artificielle, de jumeaux numériques, etc., il est indispensable de disposer d'une base et d’une compréhension numériques solides. »


Tendances et défis de la digitalisation

L'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique, les jumeaux numériques et l’automatisation comptent parmi les tendances actuelles majeures de R&D numérique sur lesquelles travaille l'équipe, afin des les optimiser et de les intégrer aux modes de fonctionnement de Chr. Hansen. Ces tendances ont toutes en commun l’impact considérable qu’elles auront sur les laboratoires scientifiques. Marie-Catherine nous en dit plus à propos de ces effets :

« En interagissant avec les experts de domaines dans la R&D, la science des données nous permet d’exploiter tout le potentiel des données : réduire la redondance des expérimentations, optimiser les processus de travail, alléger la consommation de données, communiquer efficacement en maîtrisant la narration des données et en effectuant des expériences in silico à l’aide de modèles prédictifs et de l'intelligence artificielle.

Pour contribuer à libérer le plein potentiel des données, un nombre croissant de robots font leur entrée dans les laboratoires de Chr. Hansen, tandis que les expérimentations sont réalisées à l’échelle réduite du microlitre (un millionième de litre), ce qui génère un volume de données important. Morten nous explique :

« Cela nous permet de réaliser des milliers d’expériences simultanément, et d'acquérir une efficacité sans précédent dans la création de données. Afin qu'une telle R&D digitalisée puisse fonctionner, nous avons besoin d'une autoroute pour que les énormes quantités de données circulent depuis les équipements jusqu'à leur stockage et notre configuration analytique  avancée traitant les données. »

L'équipe de R&D numérique fournit cette autoroute sous forme d’un LabNet, un stockage centralisé de données mis à la disposition de tout le personnel scientifique spécialiste des données, soit depuis le laboratoire, soit à distance. Ainsi, ils peuvent mettre en place des expérimentations et extraire des informations à partir de ces données, à tout moment et en tout lieu, pour un gain de temps qu'ils peuvent consacrer à ce qu’ils savent faire le mieux. 

L’équipe travaille actuellement sur un autre projet, appelé Scibite, qui concerne la recherche de texte sémantique dans le but de structurer des données non structurées, en vue de les rendre plus lisibles et adaptées à l'apprentissage automatique. Par le biais d'algorithmes et d'accès aux données, le programme est en mesure de générer des résultats plus précis en comprenant l’intention du chercheur, le contexte de la requête et les relations entre les mots. 

La diversité comme passerelle entre l'informatique et la R&D

Les membres de l’équipe viennent d'horizons différents, ce qui leur confère un point de vue et une compréhension uniques du travail qu'ils accomplissent dans le département de R&D numérique. Camilla souligne que l’excellence de son équipe provient de la capacité de chacun à utiliser l'expertise et les compétences de l'autre pour mieux comprendre et créer les bonnes solutions :

« Nous avons des domaines de compétence différents couvrant un large éventail de forces. Nous ne nous concentrons pas tous sur une maîtrise absolue de tout, mais nous nous confrontons les uns aux autres et travaillons entre équipes pour en apprendre toujours plus et créer les solutions nécessaires. »

La diversité de l’équipe a réellement permis d'établir une passerelle entre l’informatique et la R&D. Avec la compréhension des technologies et des processus informatique de Lasse, les connaissances exhaustives de Marie-Catherine en tant que spécialiste scientifique des données et la formation en sciences naturelles et microbiologie de Morten, accompagnée par son doctorat en génétique et chimie des protéines, cette équipe possède un éventail impressionnant de compétences qui lui permet d'avoir une compréhension à 360 degrés des solutions de R&D numérique nécessaires à l’innovation en vue d’un avenir durable. 

L'avenir du département de R&D numérique

Lorsqu’elle envisage l’avenir, Camilla ne doute pas un seul instant que son équipe va s’agrandir. Elle est impatiente d'accueillir de nouveaux talents capables d'apporter leurs compétences et connaissances uniques à l'équipe, qui intègreront le processus continu d'optimisation des données et contribueront à une évolutivité croissante de la science :

« L’avenir au sein du département de R&D numérique sera toujours plein de changements et de défis intéressants. C’est précisément en raison de cet investissement dans la capacité de changement que nous sommes prêts à répondre aux opportunités de demain. »

L'équipe continuera de travailler sur les processus d’automatisation, l'apprentissage automatique, l’intelligence artificielle et les jumeaux numériques, et à les optimiser, tandis que le personnel scientifique de Chr. Hansen évoluera avec les processus novateurs. Les fondations que bâtit actuellement l’équipe formeront la base de la digitalisation continue que Chr. Hansen connaîtra dans le futur.

Partager