Nous utilisons des cookies pour optimiser le site internet. En poursuivant votre navigation sur ce site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre politique concernant l'utilisation de cookies.

Imprimir Partager

Notre combat contre les pertes alimentaires

- Mais il existe un moyen naturel de remédier à la situation. Regardez !

Se caractérisant par un taux de rotation des stocks élevé, des chaînes d'approvisionnement fragiles et des durées de conservation relativement courtes, la consommation de produits laitiers dans les pays développés contribue de manière importante aux pertes et gaspillages alimentaires à l'échelle mondiale.  Par exemple, 17 % des yaourts produits chaque année sont mis au rebut dans l'Union européenne, ce qui correspond au total à 1,5 million de tonnes de yaourts.

La bioprotection est un moyen de conservation naturel issu de bonnes bactéries et elle offre le potentiel de réduire les pertes alimentaires liées aux yaourts de 360 000 tonnes au maximum, ce qui représenterait un gain net de 180 millions d'euros pour l'économie européenne et environ 430 000 tonnes de CO2 en moins. Il existe par ailleurs des incitations économiques tout au long de la chaîne de valeur, des fabricants de produits jusqu'aux consommateurs en passant par les détaillants, comme l'indique une étude d'impact réalisée par QBIS et des consultants externes et qui a été revue par des experts réputés dans ce domaine.

Chr. Hansen s'engage à réduire les pertes alimentaires liées aux yaourts de 2 % en 2020. Ceci fait partie de notre stratégie de durabilité et s'aligne sur l'objectif de développement durable établi par l'ONU sous le numéro SDG12. 

Bioprotection

  • 1/3


    1/3 de tous les aliments produits sont jetés sans être consommés

  • 17%


    17 % des pertes alimentaires totales de yaourts en Europe sont jetées (1,5 million de tonnes)

  • 80%


    80 % des yaourts jetés le sont pour cause d'expiration de la DLC

  • 30%


    On pourrait mettre au rebut 30 % de yaourts en moins en Europe si leur durée de conservation était prolongée de sept jours en faisant appel à un moyen de bioprotection, tel que FRESHQ®

  • 180 millions


    180 millions d'euros pourraient être économisés chaque année en réduisant la quantité de yaourts mis au rebut

  • 430 000


    430 000 tonnes de CO pourraient être évitées si on réduisait de 30 % la quantité de yaourts mis au rebut

En savoir plus sur la manière de réduire les pertes alimentaires grâce à la bioprotection

Que recherchez-vous ?

Partager cette page

Selectionner votre langue
/**/